Patrimoine local

Patrimoine

Le Moulin de Molvange

Construit et mis en activité probablement avant la deuxième moitié du XVIIème siècle, et disposant d’une meule tournante, le moulin de Molvange est un moulin à grain hydraulique installé sur le ruisseau des « Quatre Moulins ».

Ce ruisseau passe en amont par le village d’Escherange et va se jeter en aval à Bettembourg au Grand Duché de Luxembourg.
Ce moulin était encore appelé « Mülwenger Banmillen » (« Le Moulin Banal de Molvange »). Cette appellation de Moulin Banal fut donnée sous l’Ancien Régime. Toutes les familles du lieu étaient obligées d’y faire moudre leurs grains moyennant une redevance.

image44 «Photo prise dans les années 40 :
la roue et une partie du toit l’abritant
existaient encore. »

Ses premiers meuniers à la fin du XVIIème siècle

Au fil des années, propriétaires et meuniers se succèdent.

En 1669, la seigneurie de Meilbourg devient propriétaire du moulin par le truchement de deux de ses « co-seigneurs » Dame Ursule Bergh et Damoiselle Catherine de Bergh, co-signataires de l’acte de propriété.

Au moment de la signature de cet acte de propriété, le village d’Escherange et son hameau-annexe de Molvange ne font cependant pas partie de cette seigneurie bien que les deux « co-seigneurs » possèdent également la forêt.
La seigneurie de Meilbourg est implantée en face de Thionville sur la rive droite de la Moselle. Son château, dit « de Meilbourg », était situé au niveau de la côte d’Illange. Quelques-uns des villages environnants dépendaient de cette seigneurie.

Vers 1681, le moulin est toujours la propriété de la Seigneurie de Meilbourg, mais change de meunier : Arnold SIMON. Pour la petite histoire, ce meunier a eu un différend classique avec deux de ses clients. Il est accusé de ne pas leur avoir livré « quelques grains » pourtant promis et payés en partie. L’affaire est portée en justice, mais les deux parties conviennent d’un arrangement devant notaire. Le meunier indemnisera ses deux clients en numéraire, notamment en leur donnant une cavalle sous poil noir (c’est-à-dire une jument).

Durant cette même période, l’on constate que plusieurs moulins à eaux sont en activité sur le site de Molvange. Il s’agit probablement d’une installation minotière unique dotée de plusieurs meules tournantes.

En 1859, le Moulin se voit imposer une nouvelle règlementation. Il est alors la propriété de Mme veuve Marie HILBERT qui en est aussi l’exploitante.

Durant ces mêmes époques, les villages d’Escherange et de Volmerange sont aussi dotés de moulins à farine.

De nos jours

img-0783ferme-eau-ouvrage-1280x960

Sources textes et photo fournies par M. WORMS