Saint Willibrod

Saint Willibrord

Le Saint Patron de Molvange, Willibrord a béni la source de Molvange, comme celle d’Echternach, qui depuis serait devenue miraculeuse en guérissant les maladies des yeux.

Saint Willibrord, originaire de l’Est de l’Angleterre, fut confié par sa famille au monastère de Ripon dirigé alors par Saint Wilfrid d’York.

snap-2016-02-01-at-18-18-33

En 690, on l’envoie évangéliser le nord des Pays-Bas avec onze moines anglo-saxons. Il acquiert l’amitié de Pépin le Bref, le père de Charlemagne, qu’il convertit et qui, à partir de ce jour, le soutiendra sans faillir. Fidèle à l’obéissance de l’Eglise, Willibrord se rend à Rome demander au Pape Serge 1er un mandat officiel pour prêcher l’Evangile. Il sera nommé évêque d’Utrecht aux Pays-Bas et fondera l’abbaye d’Echternach au Luxembourg.

Un jour que Willibrord était fatigué de ses voyages, il se reposa à Molvange. Il se montra si touché de l’accueil qui lui fut réservé par les Molvangeois qu’il voulut avoir un geste de remerciement. On lui parla d’une source à laquelle l’évangélisateur de la Saxe donna sa bénédiction.

Cette bénédiction a-t-elle rendue l’eau miraculeuse ?

Longtemps les fidèles en furent persuadés : l’eau de la source guérissait les ma-ladies des yeux.

Les souvenirs qui restent de son passage et de son héritage voudraient pourtant que cette source sorte de l’anonymat et redevienne un jour un lieu de pèlerinage… comme à Echternach.

Depuis le XVième, siècle et jusqu’au début du XXième siècle, tous les mardis de Pentecôte, les fidèles des pays frontaliers se recueillaient devant le tombeau de Saint Willibrord, à Echternach. En procession, ils gagnaient la seconde étape du pèlerinage, la source miraculeuse de Molvange, que le saint évangélisateur

avait béni et qui possédait, disait-on, des vertus curatives.

Sources (texte et gravure) : Norbert HEBBERT